Accueil > Actualités > Agro-alimentaire > Coopération Sud-Sud De nouveaux investissements marocains annoncés au Cameroun.

Agro-alimentaire

Coopération Sud-Sud De nouveaux investissements marocains annoncés au Cameroun.

Par Hervé Endong - 08/06/2012

Compagnie chérifienne de chocolaterie
D’après Saad Benabdallah, le directeur général de Maroc Export, plusieurs groupes marocains vont s’implanter progressivement au Cameroun. Le plus cité est dans le secteur de l’agro-alimentaire. Il s’agit de la Compagnie chérifienne de chocolaterie, une entreprise purement marocaine créée en 1942 par Abbaye Notre-Dame d'Aiguebelle lors du Protectorat français du Maroc. Le groupe va s’installer au Cameroun à travers sa succursale camerounaise, Cameroon Investment Company. Si tout marche bien, explique l’investisseur marocain, les travaux de l’usine vont débuter dès le mois de juin 2012. Coût de l’investissement, 50 millions d’euros (un peu plus de 32 milliards FCFA). Le second probable investissement sera dans le domaine des télécoms, avec l’arrivée de Maroc Telecom. Saad Benbdallah ne donne pas davantage de précisions à ce sujet. Voilà pour ce qui est des deux investissements annoncés, qui s’ajoutent à un autre grand investissement lancé le 19 mai 2012, à Douala. La construction de la cimenterie du groupe Addoha. Plusieurs autres chantiers vont s’enchaîner. Les secteurs à explorer sont nombreux. Electricité, textile, banque et finance, agro-alimentaire, électronique, immobilier, Bâtiment et travaux publics (BTP), technologies de l’information et de la communication, industrie, etc. Une délégation de 150 Marocains prend part à cette rencontre, dont 120 hommes d’affaires. Plus de 1500 rendez-vous d’affaires ont été planifiés. « A l’expérience, nous pouvons estimer, au regard des rencontres informelles et des visites d’entreprises qui vont s’opérer parallèlement, que près de 3000 contacts d’affaires seront initiés », indique le président de la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (Ccima).


Accord de coopération
Christophe Eken était ce 6 juin 2012 un acteur du symposium sur les échanges Maroco-Cameroun qui a précédé l’ouverture des ateliers B to B. Tout comme Lahcen Sail, Luc Magloire Mbarga Atangana et Abdelatif Maazouz, respectivement ambassadeur du Maroc au Cameroun, ministre du Commerce (Mincommerce) et ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Marocains résidents à l’étranger. C’est ce dernier qui ouvre d’ailleurs les travaux de ces journées économiques. Au cours de son intervention, Mincommerce a demandé aux opérateurs économiques camerounais de saisir cette opportunité pour booster leurs affaires. « Vous avez de la matière, vous avez du répondant. Sachez seulement tirer profit », conseille Luc Magloire Mbarga Atangana. En marge du symposium, la Ccima a signé avec le Centre marocain de promotion des exportations, Maroc Export, un protocole d’accord de coopération. Dans le cadre de cet accord de coopération, la Ccima et Maroc Export s’engagent mutuellement à développer les efforts nécessaires pour la promotion et le développement des relations commerciales entre le Maroc et le Cameroun dans les domaines des échanges d’informations, de la réalisation d’activités promotionnelles, de l’organisation conjointe des missions de prospection sur des marchés tiers d’intérêt commun et de programmes de formation et d’échanges d’experts. Les Journées économiques marocaines se sont achevées le 7 juin 2012, par une série de visites des entreprises établies dans la capitale économique.
[ b Echanges commerciaux ]

Les échanges commerciaux entre le Maroc et le Cameroun s’évaluent pour l’année 2011 à près de 48 millions de dollars, environ 24 milliards, progressant fortement par rapport à l’année 2010 au cours de laquelle ces échanges ne représentaient que 17 millions de dollars. Toutefois, les produits échangés sont peu diversifiés. Ainsi, le Maroc importe le bois, coton, bananes fraîches, café et cacao et exporte vers notre pays des papiers et cartons, des machines et appareils électriques, des engrais, chaussures et vêtements confectionnés ainsi que des produits alimentaires et matières plastiques. Le Cameroun est seulement le 17ème fournisseur du Maroc parmi les pays de l’Afrique sub-saharienne et le 4ème parmi les pays de la Cemac. A l’inverse, le Cameroun est le 15ème client du Maroc au niveau de l’Afrique sub-saharienne et le 3ème au niveau de la Cemac. Sur le plan de la balance commerciale, en 2011, le Cameroun a exporté au Maroc pour seulement 4,5 milliards de Francs Cfa. « Ce chiffre est certes stable par rapport à l’année 2010 au cours de laquelle nous avons exporté pour 4,1 milliards de Francs Cfa », fait observer Christophe Eken. A l’inverse, le Cameroun a importé pour près de 20 milliards de Francs Cfa en 2011, contre près de 15 milliards en 2010. « Au total donc, force est de reconnaître que notre balance commerciale est déficitaire de près de 15 milliards Francs Cfa », conclut le président de la Ccima. Quant aux investissements marocains au Cameroun, ils se comportent plutôt bien. Ils ont connu, malgré leur faiblesse, une tendance à la hausse en passant de 7 millions de dollars en 2007, à 73 millions de dollars en 2011, et concernent surtout le secteur de l'eau et les services financiers. « Si notre coopération reste en deçà des ambitions affichées de part et d'autre, elle n’en demeure pas moins solide et couvre aujourd’hui plusieurs domaines, en particulier la formation, le secteur bancaire », se réjouit le Pdg de Centrale Voyages. Christophe Eken fait surtout allusion, dans le secteur bancaire, aux installations de la Bmce Bank et du groupe Attijariwafa Bank. Concernant le secteur de l’eau, il cite l’Office marocaine des eaux, concessionnaire de la Camerounaise des Eaux (Cde) et la Royal Air Maroc pour les secteurs du transport, des travaux publics et du tourisme.




0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaire | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Connecter vous :
pseudo
e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire :
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation