Accueil > Actualités > Agro-alimentaire > Production de céréales : Le gouvernement questionné sur l’utilisation de 18 milliards

Agro-alimentaire

Production de céréales : Le gouvernement questionné sur l’utilisation de 18 milliards

Par Idriss Linge - 13/06/2012

Depuis près d’un mois, l’Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs (ACDIC) est à nouveau monté au créneau, cette fois pour interroger le gouvernement camerounais sur la situation actuelle d’un projet ayant nécessité la contractualisation d’un emprunt de 18 milliards de FCFA. en avril 2009 alors qu’il est ministre de l’économie, Louis Paul Motaze sur autorisation régulière de la présidence de la république, a engagé le Cameroun dans un prêt de 18,25 milliards, destinés à la mise en place de 5 hectares de riz et de 5 hectares de maïs. L’accord à ce moment-là, fait l’objet d’une grosse médiatisation. « Où sont dont allés les 18,825 milliards ? C'est silence radio du côté du MINEPAT, pourtant initiateur et bénéficiaire de ce prêt autorisé par le chef de l'Etat. Ni le Ministre de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du Territoire en poste ne réagit, ni le titulaire du poste au moment de la signature de l'accord de prêt ne nous répond. Et pourtant ce prêt a bel et bien était contracté et enregistré dans le portefeuille des créances de l'Etat camerounais », font savoir les responsables de cette association. Une autre partie de cet argent avait aussi annoncé le ministre de l’époque, devait servir à financer la mise en place d’une structure de montage du matériel agricole. On se souviendra qu’en début d’année 2012, le gouvernement a dû encore mettre en place un plan de 3 milliards de FCFA, pour sauver l’usine à tracteur d’Ebolowa dans le sud du pays. Celle-ci avait été abandonnée dans la broussaille depuis la fin du comice agropastorale qui s’y est tenu en 2011. Le gouvernement jusqu’ici, ne s’est pas encore prononcé sur le sujet, alors que le président Bernard Djonga de l’ACDIC multiplie des interventions dans les médias, demandant à l’administration de rendre compte.


« Où sont les 5 000 ha de maïs et riz ? Quel que soit l'usage supposé ou réel des 18,825 milliards, cette question reste posée. Il y a que ces hectares pour justifier l'usage de cette somme. Toute chose qui justifie notre entêtement à en avoir l'idée nette. Aussi et surtout, parce que de sa conception à sa réalisation ce projet trahit le mal de l'agriculture camerounaise », font savoir les responsables de l’ACDIC. L’argent devait certes financer un programme qui devait s’étendre sur 5 ans. Au regard de ce qui est arrivé au partenariat pour les machines agricoles, il est difficile aujourd’hui de dire si le gouvernement a reçu la totalité des financements contractés, ni si des clauses de résiliation pour non-exécution d’un acte par l’une des parties existait dans le contrat de prêt signé avec Eximbank of India. Le ministre responsable de l’époque est aujourd’hui secrétaire général des services du premier ministre et l’actuel ministre semble chaque jour découvrir la complexité des dossiers gérés par son prédécesseur, devenu son chef. Du côté de l’ACDIC, on est convaincu que la mauvaise gestion est passée sur le dossier. En 2008, l’activisme de ses membres avait permis de mettre au grand jour un réseau de corruption et de détournement dans la filière maïs. De nombreux programmes sont à chaque fois annoncés pour la relance de tel ou tel filière agricole, mais les résultats par la suite ne sont pas connus. Preuve de cet échec, en 2011, le Cameroun a importé en augmentation, pour près de 145 milliards de tonne de riz, alors que font savoir des experts, le potentiel camerounais en la matière est énorme. D’un autre côté, depuis 2009, le prix du kilogramme de riz et de maïs a augmenté de plus de 45% alors que le gouvernement endette parfois le pays, au profit déclaré de l’agriculture. On comprend dès lors mal que ces céréales fassent l’objet d’une attention aussi légère, lorsqu’on sait que leur capacité à accroitre le revenu de ses acteurs (producteurs et intervenant connexes), est forte et s’estime en centaine de milliards de FCFA


0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaire | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Connecter vous :
pseudo
e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire :
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation