Accueil > Actualités > Général > Corridor transnational Tchad - Cameroun - Rca: Le don d'une route

Général

Corridor transnational Tchad - Cameroun - Rca: Le don d'une route

Par Rodrigue Tapeo, Intégration - 05/07/2012


22 villages installés le long du tronçon Garoua-Boulaï-Nandéké au cœur d'une stratégie d'accompagnement de l'Union européenne



Quand la route passe, le développement suit.Cette réalité, les populations situées le long de l’axe en cours bitumage vont bientôt la vivre. Le chantier de RN1, branche du corridor transnational reliant le Tchad-RCA-Cameroun, avance comme sur du velours. Encore quelques kilomètres de bitume à poser, une douzaine de mois à patienter et ce sera la ligne droite pour partir de Douala à Bangui ou Ndjamena sans stress. La construction de cette route, dont l’importance pour l’économie de la sous-région est à souligner, aura nécessité l’apport de trois bailleurs de fonds: la Banque mondiale, l’Ue et la Bad. Couvrant les régions de l’Adamaoua et de l’Est-Cameroun, le tronçon de l’Union européenne s’étale sur 107 km et couvre 13 localités comprises sur l’itinéraire proposé, allant de Garoua-Boulaï dans l’Est à Nandéké dans l’Adamaoua. Ce sont au total 22 bourgades situées sur cet axe, pour près de 65000 âmes, qui tireront profit des mesures d’accompagnement prévues pour encourager l’appropriation des bienfaits du passage d’une route de cet acabit. Nduimo jean, chef de village de Nandéké, s’en réjouit: «Barka-barka, littéralement merci beaucoup et bénédiction à vous en fulfulde». Son village recevra une aire de jeu pour les jeunes, un magasin pour stocker les produits vivriers, une charrette pour améliorer l’agriculture et un porte tout (pousse-pousse) pour sortir les cultures des champs. Des centaines d’actions constitueront le gros de ces mesures d’accompagnement salvatrices, qui vont changer le quotidien de ces populations.


Mesures d’accompagnement
La réunion de lancement des mesures d’accompagnement présidée le 07 juin 2012 par Joël NEUBERT, chef de mission GB-N de l’Ue, tenue dans la salle de réunions de la Base DTP terrassement Razel de Meïganga, a permis de faire le point de l’opération. Sur la table des échanges, autour de l’action d’accompagnement des communautés riveraines RN1: les évaluateurs de l’ouvrage, les responsable de sa construction, les cadres de l’Union européenne, les représentants du ministère camerounais des travaux publics et les membres de la société civile impliqués. Les mesures retenues embrassent l’éducation, la santé, l’économie, l’agriculture et l’élevage. Des domaines dans lesquels les populations verront leurs capacités et infrastructures renforcées. Vingt - quatre mois suffiront à impacter cette volonté de l’Ue, bailleur de fonds, auprès des bénéficiaires. Pour y parvenir, trois Organisations de la société civile (Osc) sont retenues sur la base d’un appel à proposition. La pertinence de leurs programmes aura fait la différence sur la vingtaine de postulants. Pour Xavier Zingui Messomo, responsable de l’ONG ASSEGA-Yaoundé, «la mise au point voire la mise en commun est fin prête, place au déploiement» ; pour Claude olivier Bagnéken, responsable l’association EMIDA-Yaoundé, «il est important d’harmoniser les idées pour œuvrer au développement des villages de la zone, tout à été clarifié, maintenant à chacun de jouer son rôle» ; pour Symphorien Kevin Momendeng, Administrateur général de l’organisation SYDEV-Ngaoundéré, «la préoccupation actuelle est celle d’agir au côté de ces couches défavorisées dont les localités sont enclavées, ce qui témoigne des difficultés à venir». Tels sont les partenaires retenus pour mener à bien cette mission d’accompagnement, mais surtout de développement au cœur des villages ciblés. A l’issue de l’opération, les villages seront dotés des salles de classes, des forages, des hangars, des aires de séchage, des aires de jeux, des charrettes, des moulins, des matériels de santé, d'équipements agricoles entre autres. Objectif: améliorer le bien - être des populations bénéficiaires. Pour que les résultats soient pérennes, la contribution participative des groupes et leur regroupement en organisations d’homme femme enfant seront de mise. La dynamisation se fera dans la pratique à travers les plantations écoles, les fermes pilotes et diverses activités communautaires, questions de faire assimiler les multiples connaissances reçues.


0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaire | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Connecter vous :
pseudo
e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire :
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation