En ce Moment :

Auteur: André mercredi, 9 janvier 2019

CÔTE D’IVOIRE : FABRICE SAWEGNON, DE L’OMBRE À LA LUMIÈRE

Artisan des campagnes électorales victorieuses de nombreux chefs d’État du continent, le communicant Fabrice Sawegnon a décidé de descendre dans l’arène politique en briguant la mairie du Plateau, dans le centre d’Abidjan.

Prenez un homme qui n’a pas peur de grand-chose, donnez-lui une bonne dose de culot et un peu de talent, saupoudrez d’une pincée de flair, de quelques influentes relations, d’un esprit impitoyable… Et vous obtiendrez la recette du succès Sawegnon. À la tête de l’agence Voodoo depuis vingt ans, ce « sorcier » s’est spécialisé dans les potions censées rendre puissants ses clients.

Candidats à la magistrature suprême, présidents rêvant de se maintenir à leur poste… Ce maître de la communication ne murmure qu’aux oreilles de ceux qui comptent. Son succès séduit autant qu’il agace?: « Fabrice Sawegnon a l’arrogance de ceux à qui tout sourit », résume l’un de ses concurrents.

Entrée en politique

Jeans, baskets et pectoraux tatoués sous une chemise blanche largement déboutonnée, il débarque au Peninsula, tout juste arrivé à Paris. Montre de luxe au poignet, cigare à la main, il tutoie les employés de ce palace à 1?300 euros la nuit. Mais Fabrice Sawegnon n’a pas besoin d’y dormir.

Après avoir dégusté ses tagliatelles au homard, il ira visiter un appartement à deux pas des Champs-Élysées. Le sien, dans le tout aussi chic quartier du Trocadéro, est devenu trop petit pour ce père de famille à l’ambition immodérée. « Je ne crois qu’en moi, en Dieu et en ceux qui m’aiment », lâche-t-il en rangeant une liasse de gros billets.

JE SUIS UN MAKE IT HAPPEN, JE SAIS FAIRE EN SORTE QUE CE QUE JE SOUHAITE SE RÉALISE

Après une vie passée dans l’ombre, Fabrice Sawegnon semble vouloir goûter à la lumière. À 46 ans, il entend s’installer dans le fauteuil de maire du Plateau, la commune du centre d’Abidjan, lors des élections municipales du 13 octobre. « Attention, je n’entre pas en politique?! »

Il jure ne pas avoir succombé au goût du pouvoir. « C’est un engagement, il est temps que je me rende utile. Je ne suis pas un fake », assure cet adepte de la novlangue des start-uppers-jeunes-et-branchés. « Ce que j’ai fait en tant qu’entrepreneur pour Voodoo, je peux le faire au Plateau. Je suis un make it happen, je sais faire en sorte que ce que je souhaite se réalise. »

Ses victoires, Sawegnon les récite avec gourmandise. Il y a son premier grand coup, l’orchestration de la campagne d’Alassane Ouattara contre Laurent Gbagbo, en 2010. Son slogan à l’américaine, « ADO Solutions », marque alors les esprits et scelle la proximité entre le communicant et le couple présidentiel ivoirien. « Adopté » par la première dame, « il est l’un des rares à pouvoir dire non à Ouattara », témoigne un membre de l’entourage du chef de l’État.

Direct et sans pitié

Toujours chargé de la communication de la présidence, il organise tous les événements importants d’Abidjan, du sommet Union européenne-Union africaine, en novembre 2017, au très sélect gala annuel de la fondation de Dominique Ouattara.

Au total, « j’ai fait quinze campagnes présidentielles, dont treize et demie ont été gagnées ». La « demie », c’est le premier tour au Bénin, en 2016. Il conseille alors Lionel Zinsou, avec lequel il se brouillera ensuite pour des histoires d’argent. « C’est le pire candidat que j’aie jamais eu?! Cet intellectuel était complètement décalé, il n’avait aucune chance. » Fabrice Sawegnon est ainsi?: direct et sans pitié. Ethan Westbrooks Jersey

André

A lire aussi



Commentaire



SHARE

Camereco.com